Nous sommes au début d’une nouvelle décennie et nous avons déjà vu des changements réglementaires importants se produire sur tous les continents.

L’UE a mis en œuvre la 5AMLD dans tous les États membres, et les États-Unis ont tenu à appliquer des sanctions en toute impunité. La plupart de ces changements visent à renforcer les contrôles anti-blanchiment, certains sont d’ordre politique, mais tous sont essentiels pour informer sur la façon dont les équipes de conformité doivent fonctionner en 2020.

La semaine prochaine, nous publierons notre Rapport de conformité mondial 2020 couvrant :

Les sanctions

Les listes de sanctions utilisées de plus en plus comme un outil de  » premier recours  » par l’administration américaine actuelle. Nous avons vu la Maison-Blanche adopter une approche de sanctions en premier lieu pour traiter les questions politiques au Moyen-Orient, en Asie de l’Est et dans d’autres territoires du monde.

Tout cela aura forcément des retombées considérables et pourrait remettre en cause l’hégémonie financière du dollar américain, alors que l’UE commence à suivre la Chine en cherchant des solutions de rechange et des contournements de l’approche américaine.

Le blanchiment d’argent

Nous verrons comment les techniques de blanchiment d’argent continueront à évoluer rapidement grâce aux nouvelles technologies du marché. Tout comme pour les techniques de lutte contre le blanchiment d’argent, les criminels qui cherchent à exploiter le système financier auront aussi recourt à de nouveaux outils.

Les techniques de blanchiment d’argent impliqueront de plus en plus l’utilisation sophistiquée de nouvelles technologies et l’exploitation de données démographiques vulnérables. Le lien avec la cybercriminalité va se renforcer et le flux de fonds criminels vers les grands marchés immobiliers occidentaux va probablement s’étendre à un plus grand nombre de villes et de pays.

Le paysage réglementaire

Des changements réglementaires sont peut-être apportés, mais cela ne résout pas le problème du blanchiment. Le cadre de la lutte contre le blanchiment d’argent sera confronté à des changements sociaux et technologiques radicaux, comme la croissance du cannabis légal et l’augmentation des actifs virtuels (AV).

L’UE sera lente mais stable en s’adaptant aux AV, tandis que l’Asie-Pacifique reste agile mais diversifiée et les États-Unis seront ambitieux sur le plan rhétorique mais fragmentés dans la pratique.

Il reste à voir comment l’industrie de l’AV continuera de réagir à la législation. Ceux qui n’étaient pas disposés à prendre les mesures de conformité ont déjà été dissous, ceux qui sont conformes auront sans doute des messages forts à transmettre aux organismes de réglementation.

L’innovation

Les institutions financières (IF) travailleront de plus en plus étroitement avec les régulateurs pour exploiter les applications potentielles de la technologie sur le marché réglementaire (regtech), en particulier le Machine Learning (apprentissage automatique).

Certaines nouvelles technologies ont le potentiel d’apporter de réels changements au marché réglementaire et sont essentielles pour s’assurer que les entreprises sont capables de respecter les minimums réglementaires.

2020 s’annonce comme une année d’approfondissement de l’engagement, où le « partenariat » sera un thème fort, en particulier entre les secteurs public et privé.

Les tendances du secteur

Une nouvelle décennie est synonyme de nouvelles tendances. Il est probable qu’il soit plus visible parmi les fintechs qui sont capables d’adopter une approche plus agile et qui sortent des bacs à sable pour entrer dans le monde des entités entièrement réglementées.

Les coûts de conformité devraient rester élevés pour les plus grands établissements financiers, car la mise en œuvre des changements structurels et technologiques ne se fait que lentement. Ces coûts peuvent diminuer s’ils sont en mesure de profiter des avantages que les regtechs peuvent apporter et il sera intéressant de voir comment ces relations prennent forme.

Toutes ces questions sont importantes au moment où nous entrons dans une nouvelle décennie et où nous nous concentrons sur la façon dont le paysage réglementaire dans son ensemble va changer dans une économie véritablement numérique. La puissance des nouvelles technologies et le développement des activités criminelles signifient que le secteur de la réglementation a la possibilité d’avoir un impact sur le crime financier et de s’y attaquer avec un réel effet.

0
Share:

En continuant de naviguer sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Plus d'information

Les paramètres des cookies de ce site Web sont réglés de manière à "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Vous consentez aux cookies si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter".

Fermer