Non classifié(e)

Un jeu rapide de la criminalité financière

By octobre 31, 2019 No Comments

La semaine a été tumultueuse pour le monde de la conformité, l’organisme de réglementation de l’Australie signale son intention de prendre des mesures plus sévères contre les principales institutions financières du pays, une autre banque nordique fait l’objet d’un examen et l’argent refuse le monde sportif. Nous partageons les faits saillants de notre crime financier de la semaine du 19 août 2019.

Une plus grande action contre les principales institutions financières australiennes

La Commonwealth Bank en Australie fait l’objet d’un examen minutieux de la part d’Austrac, l’organisme de réglementation du pays. Cette décision fait suite à une amende record de 700 millions de dollars australiens (475 millions de dollars australiens) pour violation des lois de LAB/CFT.

En Australie, les atteintes à la sécurité des renseignements personnels en Australie reposent sur l’auto-déclaration des banques aux fins d’enquête, un test de crédibilité qui n’a pas toujours fonctionné comme prévu. La promesse d’Austrac de s’attaquer à ce problème fait suite à une  » inondation  » d’infractions autodéclarées par la Commonwealth Bank à la suite de l’amende en 2017.

La directrice générale d’Austrac, Nicole Rose, prévoit une année chargée pour l’organisme de réglementation, et le trésorier Josh Frydenberg a déclaré : « la tolérance du public est épuisée. » En faisant référence à la Commission royale d’enquête sur les banques qui a mis au jour une corruption massive dans le système bancaire australien.

Dans une économie mondiale qui aurait tiré les leçons de l’expérience des prêts hypothécaires à risque, le personnel des banques australiennes aurait fait pression sur des systèmes conçus pour accorder des prêts hypothécaires à des clients qui n’en avaient pas les moyens et obtenir des pots-de-vin et diverses fraudes pour les approuver. Il est important de se rappeler que c’est le personnel de la banque qui a commis les fraudes – qui représentaient près d’un tiers de tous les prêts hypothécaires en Australie.

Le système bancaire australien n’est pas bien connu en tant que plaque tournante du pouvoir réglementaire et il existe des preuves de corruption généralisée depuis les années 1980. Cette réputation soulève la question de savoir pourquoi les banques ont été autorisées à s’auto-déclarer en premier lieu. Toutefois, M. Austrac a félicité les banques d’avoir révélé que l’Australie est prête à voir jusqu’à 40 nouveaux projets de loi passer au Parlement avant la fin de l’année 2020.

Pour les sociétés de transfert de fonds, les casinos, les plateformes de paiement en ligne et les banques de la région, il sera difficile de se mettre en conformité et de rester à l’abri du futur. Les objectifs exacts de la législation n’ont pas encore été fixés, mais il s’agit des industries relevant de la compétence de l’Austrac.

Une autre revue nordique

La FSA, l’organisme de réglementation norvégien, a constaté que la conformité de la banque nordique DNB présente des lacunes importantes. Surtout en ce qui concerne le respect de la lutte contre le blanchiment d’argent. L’enquête a eu lieu fin 2018 et le rapport a été publié le 21 août 2019.

Jusqu’aux récents scandales de Swedbank et Danske, le blanchiment d’argent n’était pas considéré comme un risque important dans les banques nordiques. Tout cela a changé et la question est maintenant au centre des préoccupations des équipes de conformité nordiques.

La DNB a réussi à améliorer les problèmes découverts en 2016, mais ne progresse pas à la vitesse souhaitée par la FSA. A ce stade, il n’a pas été question de pénalités pour la plus grande banque de la région.

Étant donné qu’aucun problème majeur ou scandale de blanchiment d’argent ne semble s’être produit, cela pourrait continuer d’être le cas. La DNB a répondu au rapport en confirmant sa position contre le blanchiment d’argent et en notant que la FSA n’a découvert aucun cas explicite de blanchiment d’argent.

Les problèmes de conformité de la banque nordique semblent toucher l’ensemble de l’activité, les problèmes se situant au niveau de l’unité Private Banking de la DNB. La FSA a déclaré qu’une nouvelle inspection est à l’horizon, de sorte que les problèmes de conformité de la DNB ne seront pas résolus de sitôt.

Un jeu rapide de la criminalité financière

Ça a été une semaine difficile pour les sports dans le monde du crime financier. Rabobank a décidé de rompre ses relations avec les clubs de football en raison des « risques inacceptables de blanchiment d’argent, de corruption, de fraude et autres abus ». La banque a également interdit au personnel d’occuper des postes de direction ou de supervision dans les clubs de football afin d’éviter tout conflit d’intérêts.

80% de toutes les organisations de football aux Pays-Bas sont clientes de Rabobank.

Rabobank a insisté pour que les clubs de football soient traités de la même manière que tous les autres clients et, en raison des risques, a dû se retirer de la fourniture de services bancaires aux clubs. Toutefois, les relations de commandite et de marketing ne sont pas affectées. Il s’agit d’un geste énorme de la part de la banque et d’une remarquable démonstration de son engagement à demeurer conforme.

Il n’y a pas que le monde du football qui fait des vagues. Des anciens joueurs de baseball de la Major League (MLB) ont été pris dans ce qu’on a appelé la plus grande opération contre le crime organisé en République dominicaine.

Octavio Dotel et Luis Castillo, deux anciennes stars du MLB, ont été liés au trafic de drogue et au blanchiment d’argent et arrêtés par les autorités dominicaines.

Dix-huit autres personnes n’ont pas encore été identifiées, mais le procureur général des Dominicains a laissé entendre qu’il s’agissait également d’athlètes. Castilo a vigoureusement nié toute allégation de lien avec la drogue, Dotel n’a pas encore fait de commentaires.

Il semble que Rabobank ait raison de dire que certains sports ont un seuil de risque trop élevé.

Tenez-vous au courant des dernières nouvelles de ComplyAdvantage en cliquant ici.

 

En continuant de naviguer sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Plus d'information

Les paramètres des cookies de ce site Web sont réglés de manière à "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Vous consentez aux cookies si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter".

Fermer