Non classifié(e)

Faits saillants de la criminalité financière : 11 – 15 mars

By octobre 31, 2019 No Comments

Livia Benisty, chef de la Criminalité financière, nous fait part des faits saillants de la semaine écoulée en matière de criminalité financière.

Le gouvernement du Royaume-Uni a été très occupé cette semaine ; bien sûr, je fais référence à l’examen et aux commentaires sur les arrangements existants en matière de criminalité financière et non à l’autre chose dont les gens parlent beaucoup. Avec les annonces du HMRC, la publication du rapport de l’OPBAS et les rapports des comités des Communes et des Lords, j’ai pensé qu’il serait utile de clarifier exactement ce qui s’est passé et qui a dit quoi. J’espère que vous le trouverez utile.

  1. Le rapport de l’OPBAS souligne les faiblesses de la surveillance du blanchiment d’argent

L’OPBAS est l’Office de contrôle de la lutte contre le blanchiment d’argent du corps professionnel. C’est l’organisme créé pour  » superviser les superviseurs  » de la profession comptable et juridique. Le rôle de l’OPBAS est de s’assurer que les 22 superviseurs professionnels maintiennent des normes constamment élevées. Le rapport publié la semaine dernière montre que ces normes sont loin d’être respectées.

En 2017, l’évaluation nationale des risques a révélé que les  » facilitateurs  » professionnels comme les avocats, les conseillers fiscaux, les comptables et les notaires étaient particulièrement susceptibles de faciliter le blanchiment d’argent. En 2018, le rapport d’évaluation mutuelle du GAFI du Royaume-Uni a relevé des incohérences dans les normes de surveillance de ces organismes.

Le rapport de l’OPBAS donne un meilleur aperçu de ces questions particulières, soulignant le manque de gouvernance, de supervision, d’application et de rapports appropriés. L’élément le plus accablant est le fait que la plupart des superviseurs comptables se préoccupent davantage de l’adhésion, 92 % d’entre eux s’inquiétant de l’impact qu’aurait une application correcte des règles.

Il est intéressant de noter que pour les geeks de RegTech comme moi, la capacité de démontrer l’utilisation de l’intelligence artificielle et de l’analyse des données par un superviseur pour déterminer une approche appropriée fondée sur le risque a été soulignée, donnant une indication de la lumière positive dans laquelle ces technologies pourraient être envisagées à l’avenir.

Il est à noter que ce rapport a été publié la semaine qui a suivi la publication du rapport du HMRC sur la répression à l’encontre des agents immobiliers (pour plus de détails, voir le rapport de la semaine dernière). Le rapport du Comité spécial du Trésor dont il est question plus loin indique que l’OPBAS ne supervise que les superviseurs d’organismes professionnels et non ceux qui sont prévus par la loi, dont le HMRC (avec la FCA et la Gambling Commission). Il est possible que le bras de supervision du HMRC se déplace sous l’OPBAS à un moment donné, car il y a un conflit perçu entre cela et leur fonction de recettes fiscales (la supervision étant considérée comme un  » complément « ).

  1. Le Comité spécial du Trésor de la Chambre des communes publie un rapport sur la surveillance de la lutte contre le blanchiment de capitaux

Le 8 mars, le Comité restreint du Trésor a publié un rapport sur la supervision de la lutte contre le blanchiment de capitaux et l’application des sanctions. Le rapport formule un certain nombre de conclusions et de recommandations.

À mon avis, les questions clés concernaient l’octroi du pouvoir à la Companies House d’effectuer de plus grands contrôles contre le blanchiment d’argent, la recommandation qu’il y ait une base de données centralisée des PEP et les préoccupations concernant l’application après Brexit, en particulier le fait que l’OFSI n’était pas suffisamment efficace pour dissuader les violations des sanctions basées au Royaume-Uni.

Companies House est une de mes bêtes de somme, et ce, depuis un certain temps. Il n’est pas adapté à l’usage auquel il est destiné sans qu’il y ait des exigences appropriées à vérifier et à valider. Il existe également de nombreux types d’entités non supervisées impliquées dans la création de sociétés et je ne prévois pas de changement significatif dans le régime britannique avant que cette question ne soit réglée.

En ce qui concerne les Personnes Politiquement Exposées (PPE), il n’est pas tout à fait clair si la base de données fait référence à une liste des fonctions qui devraient être considérées comme des PEP ou à une base de données réelle des noms des personnes occupant ces postes ; plus je la lis, plus je pense que c’est cette dernière qui est importante.

Enfin sur OFSI, rappelez-vous qu’en janvier dernier, il a imposé sa première sanction pécuniaire pour sanctions. Il sera important de voir comment cela évoluera, mais le gouvernement est appelé à examiner l’efficacité du bureau cette année (deux ans après sa création).

D’autres recommandations portaient sur la surveillance des agents immobiliers par le HMRC, ce qui exigeait une meilleure estimation de l’ampleur de la criminalité financière, et proposaient des réformes au cadre de la responsabilité des sociétés.

  1. Le gouvernement du Royaume-Uni apporte des changements aux exigences en matière de visa pour les personnes à valeur nette élevée

Compte tenu des appels généraux à l’amélioration du cadre du Royaume-Uni, il convient également de noter l’annonce faite la semaine dernière concernant les modifications apportées au visa de niveau 1 du Royaume-Uni (le visa dit  » plaqué or « ). Actuellement, les candidats doivent démontrer qu’ils ont 2 millions de livres sterling à investir au Royaume-Uni et qu’ils contrôlent ces fonds depuis 90 jours. Ce délai est porté à deux ans, ou ils peuvent fournir des preuves de la provenance des fonds.

Les réformes doivent être mises en œuvre le 29 mars (il n’y a rien d’autre ce jour-là… ??). L’ensemble du régime de niveau 1 a été suspendu en décembre 2018, puis rétabli le lendemain, après opposition.

Les FinTechs voudront peut-être aussi en prendre note : le Home Office a également annoncé des changements au visa de démarrage et d’innovateur pour ceux qui cherchent à démarrer leur première entreprise au Royaume-Uni, ou des gens d’affaires plus expérimentés ayant 50 000 £ à investir (une réduction de 200 000 £). Ce visa de démarrage remplace le visa d’entrepreneur diplômé.

  1. Lords’ publie un rapport sur la loi sur la corruption et suggère d’élargir la notion d »échec à prévenir’ l’infraction.

Ce dernier point est lié à un commentaire du rapport d’examen post-législatif des Lords sur la loi anti-corruption publié hier (jeudi 14 mars). Le comité a qualifié la loi de  » loi modèle  » et a souligné l’infraction de  » manquement à la prévention « , qui oblige les sociétés de portefeuille à rendre des comptes si les employés paient des pots-de-vin. En 2017, cette infraction a été étendue à l’évasion fiscale. Elle ne s’applique pas encore à la fraude ou au blanchiment d’argent, où il reste à démontrer que le contrevenant est  » l’âme dirigeante  » de l’entreprise. Cela conduit à affirmer que les grandes entreprises peuvent générer des structures de gestion plus  » compliquées  » pour s’isoler des poursuites.

Les pairs du comité ont demandé qu’une décision soit prise sur la question de savoir si l’omission de prévenir l’infraction devrait être élargie. Toutefois, comme indiqué dans cet article l’infraction fait peser une charge sur les entreprises de toutes tailles en raison de l' »absence d’orientations claires sur ce qui constitue des mesures adéquates pour prévenir les pots-de-vin et la corruption ».

 

En continuant de naviguer sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Plus d'information

Les paramètres des cookies de ce site Web sont réglés de manière à "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Vous consentez aux cookies si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter".

Fermer