Non classifié(e)

Blanchiment d’argent par le biais d’achats dans des applications en ligne

By octobre 31, 2019 No Comments

Blanchiment d’argent par le biais d’achats des applications en ligne

Malgré leur nom, les jeux gratuits génèrent des centaines de millions de dollars par an grâce aux achats en ligne. La semaine dernière, la société de recherche Kromtech, a découvert que ce marché très liquide a été utilisé pour blanchir l’argent des cartes de crédit volées dans trois jeux populaires. Le système a fonctionné comme suit:

  1. Les criminels volent 20 000 cartes de crédit
  2. Ensuite, configurez une base de données MongoDB pour générer automatiquement des comptes Apple Store pour créer des comptes de jeu,
  3. Ils utiliseraient ensuite les cartes volées pour acheter des objets coûteux dans l’application,
  4. Vendre ces achats à d’autres acteurs sur des marchés tiers et,
  5. Ils sortent du jeu avec de l’argent apparemment propre.

Le stratagème a été découvert parce que les blanchisseurs d’argent ont utilisé une base de données MongoDB non sécurisée qui nous dit deux choses intéressantes. Premièrement, les blanchisseurs d’argent continuent d’expérimenter avec des technologies de pointe. MongoDB est le plus souvent utilisé dans l’analyse de grandes quantités de données et est loué pour sa capacité à interroger rapidement de grandes quantités de données. Deuxièmement, ils étaient peut-être techniquement sophistiqués, mais ils manquaient d’un système de sécurité solide vu que le fait de ne pas sécuriser leur base de données à l’aide d’un mot de passe a mené à sa découverte. Plus important encore, cette histoire démontre une étude de cas sur le blanchiment d’argent en jeu, ce qui, jusqu’à présent, a été principalement anecdotique. Avec plus de 37 milliards de dollars échangés chaque année par le biais d’achats de jeux en ligne, il ne serait pas surprenant que davantage de blanchisseurs d’argent soient attirés par ce vaste marché.

Pas besoin de HODL – Le GAFI publiera une directive sur la cryptomonnaie en octobre

Après des mois de délibérations, nous avons fixé une date à laquelle le Groupe d’Action Financière sur le Blanchiment de Capitaux (GAFI) publiera des directives sur la façon dont les États devraient appliquer ses recommandations aux cryptomonnaies et aux actifs. Selon le communiqué publié à l’issue du sommet du G20 du week-end dernier, ce sera en octobre sous la présidence américaine. Comme l’indique son document au G20, le GAFI veut atteindre un certain nombre d’objectifs grâce à ses conseils.

Premièrement, ils veulent s’assurer qu’il existe une approche cohérente et globale de la crypto-réglementation, qui ne crée pas d’obstacles inutiles à l’utilisation légitime. Étant donné que les normes mondiales ne sont aussi solides que là où elles sont appliquées à la légère, cette approche cohérente sera essentielle. Il en va de même pour l’accent mis sur la nécessité de ne pas créer d’obstacles, car non seulement cela réduira les avantages de l’inclusion financière des cryptomonnaies, mais cela ne servira probablement qu’à pousser les acteurs illicites à la clandestinité. Le GAFI prévoit également d’examiner plus particulièrement la meilleure façon de réduire les risques plus élevés de LBC/FT que présentent les cartes prépayées, les GAB bitcoin et les offres initiales de pièces. Le document du GAFI signale également que l’utilisation de cryptomonnaies pour blanchir les produits de la criminalité est de plus en plus courante dans un plus grand nombre d’infractions principales que jamais auparavant.

Le succès des GTO aux États-Unis

Lorsqu’ils tentent de cacher des fonds illicites, les criminels se tournent souvent vers des biens haut de gamme, achetés anonymement par des sociétés fictives pour entreposer leur richesse. En 2016, les États-Unis ont tenté de s’attaquer à ce problème en introduisant des ordonnances de ciblage géographique (Geographic Targeting Orders, GTO). Celles-ci exigent que les courtiers d’assurance identifient le propriétaire bénéficiaire final (UBO) d’une société à responsabilité limitée (SARL) lorsqu’ils tentent d’acheter une propriété entièrement en espèces. Les GTO ont été initialement mis en place pour six mois et ont ensuite été prorogés à trois reprises. En mars dernier, nous nous demandions si leur prorogation indiquait à elle seule leur succès ; nous avons maintenant notre réponse.

Un article publié récemment décrit exactement l’effet des GTO sur le blanchiment d’argent. Les résultats sont stupéfiants, après la mise en œuvre des objectifs en 2016, le nombre d’achats immobiliers entièrement en espèces par les sociétés à responsabilité limitée a diminué de 70 %. Il s’agit là d’un indicateur de succès considérable, mais pas seulement pour la prévention du crime. Dans les régions où les GTO sont en place, le prix des propriétés a également diminué, ce qui appuie la théorie courante selon laquelle le blanchiment d’argent par le biais de la propriété gonfle artificiellement les prix, ce qui a un impact négatif sur les citoyens respectueux de la loi. Pour l’instant, les objectifs pour le développement semblent fonctionner et montrent que les nouveaux outils qui exigent l’identification de la propriété sont utiles dans la lutte contre la criminalité financière.

Dites-nous ce que vous pensez de ComplyAnalysis en répondant à ce sondage de 2 minutes :

Répondez au sondage maintenant

En continuant de naviguer sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Plus d'information

Les paramètres des cookies de ce site Web sont réglés de manière à "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Vous consentez aux cookies si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter".

Fermer