Base des connaissances

Pourquoi la catégorisation des informations médiatique négatives permet de réduire les faux positifs

adverse media categorization

À une époque où les profils de risque des clients peuvent changer en quelques heures, les institutions doivent être en mesure de réagir rapidement aux informations de dernière minute pour maintenir la conformité et prévenir les crimes. Toutefois, pour clarifier le degré de risque que les clients peuvent présenter, les processus de filtrage doivent également tenir compte des catégories ou des types de médias défavorables – et doivent donc savoir à quel type d’articles il faut être vigilant.

Catégories/types de couverture médiatique négative

i) La criminalité financière

La criminalité financière couvre un large éventail d’activités, dont le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. Elle peut également inclure la fraude, la corruption ou le délit d’initié. La criminalité financière est un domaine criminel vaste et complexe qui peut être couvert à la fois par les médias traditionnels et les médias émergents.

ii) La violence

La violence impliquant des clients directement, ou exercée en leur nom, peut générer des informations médiatique négatives importantes, en particulier lorsqu’elle fait partie d’un groupe criminel. Les crimes violents peuvent être associés à des conflits politiques et de travail, ou à des modèles plus larges de violation des droits de l’homme.

iii) Le terrorism

Le financement du terrorisme et toutes les activités liées au terrorisme sont susceptibles de générer d’importantes retombées négatives dans toute une série de médias. Les médias hostiles liés au terrorisme peuvent aller de la distribution d’écrits terroristes, de l’encouragement à la radicalisation et à la perpétration directe d’actes terroristes.

iv) La fraude

La fraude peut être perpétrée de nombreuses façons et comprend des lettres, des appels téléphoniques, des courriels et des sites web frauduleux. La fraude peut être un délit civil ou pénal et, si la majorité des cas impliquent un gain financier indu, elle peut également concerner la propriété ou l’immigration.

v) Les stupéfiants

Les crimes liés aux stupéfiants impliquent non seulement la consommation ou la vente de drogues, mais aussi la production et le trafic de drogues. Les infractions liées aux stupéfiants et les reportages qui s’y rapportent sont souvent liés à des crimes financiers, y compris le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme.

vi) La cybercriminalité

Toute activité criminelle impliquant un ordinateur ou un appareil en réseau comme un téléphone ou une tablette peut être considérée comme de la cybercriminalité et signalée comme telle. La cybercriminalité est un terme général qui décrit les activités utilisées pour faciliter d’autres infractions comme le blanchiment d’argent, la fraude et le terrorisme.

vii) La réglementation

La faute réglementaire ou le non-respect de la réglementation peut constituer un crime en soi, ou être une indication que les clients sont impliqués dans d’autres types d’activités criminelles. Les reportages négatifs des médias sur les infractions réglementaires recoupent souvent la criminalité financière.

viii) La propriété

Les reportages défavorables sur les biens peuvent concerner des activités telles que le cambriolage, le vol, le larcin et l’incendie criminel, et constituer une faute civile ou pénale. Les infractions contre les biens peuvent avoir une portée très variable et être rapportées dans une grande variété de formats médiatiques.

ix) La traite des êtres humains

La traite implique le transport d’êtres humains à des fins de travail forcé ou d’exploitation sexuelle. Délit criminel grave, la traite est souvent liée à d’autres infractions, notamment au terrorisme et à divers crimes financiers.

x) Les crimes sexuels

Les crimes sexuels comprennent un large éventail d’activités, allant de la violence, des abus et du viol à la transmission ou à la possession d’images illégales. Les crimes sexuels se situent souvent à proximité d’autres infractions, notamment le blanchiment d’argent et la cybercriminalité.

Pourquoi la catégorisation est importante

La catégorisation des médias défavorables est un outil précieux de KYC, d’autant plus que les recommandations du GAFI stipulent que les institutions financières doivent « comprendre la réputation de leur client », y compris les responsabilités pénales antérieures comme l’implication dans des enquêtes de blanchiment d’argent. Le respect de cette directive exige un filtrage des médias défavorables – ce qui implique traditionnellement de longues vérifications manuelles de vastes quantités non triées de reportages, d’articles de blog et de médias sociaux.

Il est important de s’assurer que tout outil de surveillance des médias négatifs utilisé est capable d’identifier les médias par catégories spécifiques. Cela permet de réduire le bruit et de concentrer les alertes sur ce qui est pertinent en évitant les faux positifs. En fonction de l’approche fondée sur le risque adoptée par les entreprises, il peut également être prudent de recevoir des alertes différentes selon les catégories afin de permettre aux responsables de la conformité de découvrir plus facilement ce qui est pertinent.

La catégorisation des médias défavorables permet aux entreprises de hiérarchiser cette charge de travail et d’évaluer plus efficacement le niveau de risque associé à chaque client. La catégorisation des nouvelles négatives peut également faciliter le filtrage automatisé, dans lequel les recherches peuvent être davantage adaptées aux profils des clients et aux environnements réglementaires. L’automatisation permet aux entreprises d’identifier et d’évaluer les médias négatifs, de réduire les faux positifs et de maintenir le niveau de conformité attendu par les autorités réglementaires.

Filtrage et supervision des médias indésirables

Tous les profils figurant dans nos données sont étiquetés avec précision grâce à la catégorisation alignée du GAFI, afin d’accélérer les cycles d’embarquement des clients et de réduire les faux positifs.

0

Commentaires

Faites-nous part de vos commentaires et suggestions

Leave a Reply

Autres articles :

octobre 31, 2019

Qu’est-ce qu’une couverture médiatique négative ?

L'importance des contrôles des couvertures médiatiques négatives dans l'environnement actuel de lutte contre le blanchiment…
Lire la suite
mars 24, 2020

L’importance de l’outil de filtrage des informations négatives

Filtrage des informations négatives : Bonnes pratiques L'identification d’informations médiatiques négatives devrait être une partie…
Lire la suite
Know Your Customer Checks KYC
avril 6, 2020

6AMLD : délits préalables dans les médias defavorables

6AMLD : délits préalables au blanchiment d'argent La sixième directive européenne sur le blanchiment de…
Lire la suite
avril 14, 2020

Médias défavorables :  Règlementations et recommandations

Médias défavorables :  Règlementations et recommandations L'analyse des médias ne vise pas seulement à protéger…
Lire la suite
Share:

En continuant de naviguer sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Plus d'information

Les paramètres des cookies de ce site Web sont réglés de manière à "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Vous consentez aux cookies si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter".

Fermer