Base des connaissances

Blanchiment d’argent basé sur le commerce

Avec l’évolution des contrôles anti-blanchiment, les criminels trouvent de nouveaux moyens de transformer les produits financiers issue du crime en fonds légitimes. L’une des stratégies de blanchiment d’argent les plus répandues au niveau mondial consiste à exploiter les vulnérabilités du commerce transfrontalier par le biais du blanchiment d’argent basé sur le commerce.

Comment fonctionne le blanchiment d’argent basé sur le commerce ?

Le blanchiment d’argent basé sur le commerce profite de la complexité des systèmes commerciaux, surtout dans les contextes internationaux où l’implication de multiples parties et juridictions rend plus difficiles les contrôles de lutte contre le blanchiment et les procédures de vigilance à l’égard de la clientèle. Ceci implique principalement l’importation et l’exportation de marchandises et l’exploitation de divers instruments de financement du commerce transfrontalier. Les méthodes de blanchiment les plus courantes sont les suivantes :

  • La sur-facturation : L’exportateur soumet une facture gonflée à l’importateur, générant un paiement qui dépasse la valeur des marchandises expédiées. Une valeur supérieure est transférée de l’importateur à l’exportateur.
  • Sous-facturation : L’exportateur soumet une facture dégonflée à l’importateur, en expédiant des marchandises de plus grande valeur et en transférant cette valeur à l’importateur.
  • Facturation multiple : L’exportateur facture plusieurs fois pour le même envoi, transférant ainsi une plus grande valeur de l’importateur à l’exportateur.
  • Sur- ou sous-expédition : L’exportateur expédie plus de marchandises que ce qui avait été convenu avec l’importateur, ce qui lui permet de transférer une plus grande valeur à l’importateur. L’exportateur peut également expédier moins de marchandises que convenu, ce qui lui permet de transférer une plus grande valeur à l’exportateur.
  • Fausse représentation de la qualité : Les marchandises expédiées aux importateurs sont présentées de manière inexacte sur les documents officiels comme étant de meilleure qualité, ce qui a pour effet de transférer une plus grande valeur à l’exportateur.

Comment les entreprises peuvent-elles lutter contre le blanchiment ?

Pour lutter contre le blanchiment, les entreprises doivent chercher à renforcer leurs contrôles LCB/FT dans le domaine du financement du commerce et de la banque correspondante. Malheureusement, la complexité de ces secteurs fait que de nombreuses entreprises ont du mal à ajuster efficacement leurs programmes de lutte contre le blanchiment, car de nombreuses activités illégales peuvent être cachées parmi des activités commerciales légitimes, réparties entre différentes juridictions et organisations, ajoute à la difficulté que rencontrent les entreprises pour la détecter.

Partage d’informations : Pour surmonter les difficultés que pose le blanchiment d’argent, les entreprises doivent aller au-delà de leurs propres dispositions en matière de lutte contre le blanchiment d’argent et chercher à se coordonner avec d’autres organisations, les services répressifs et les autorités gouvernementales. Plus précisément, les banques et les institutions financières devraient, dans la mesure du possible, partager leurs découvertes et leurs analyses en matière de LCB, car :

  • Le partage d’informations entre les institutions facilite l’identification de l’infrastructure criminelle mondiale et le traitement de cas spécifiques de blanchiment d’argent par le biais du commerce.
  • Les services répressifs sont incités à rejoindre un réseau d’échange d’informations s’il est plus probable qu’ils puissent attraper et arrêter les activités criminelles.
  • Les autorités gouvernementales peuvent utiliser les réseaux d’échange d’informations pour analyser le blanchiment et mieux aligner l’orientation de la réglementation.

Orientation internationale : Plus la perspective réglementaire sur le blanchiment est large, plus les entreprises individuelles peuvent travailler efficacement pour la prévenir. Les autorités internationales, notamment le Groupe d’action financière (GAFI), publient des orientations et des conseils pour aider les institutions financières à détecter et à traiter le blanchiment dans le commerce. Destinées aux autorités nationales, les orientations du GAFI sur le blanchiment d’argent par le biais du commerce concentrent sur la sensibilisation du secteur privé à la nécessité de politiques de lutte contre le financement du commerce et sur la formation des superviseurs bancaires aux vulnérabilités de leurs systèmes dans leurs programmes de LCB/FT.

Le GAFI fournit également aux banques et aux institutions financières une liste de signaux d’alerte en matière de lutte contre le blanchiment de capitaux pour le financement du commerce, à prendre en compte lors de la gestion des transactions transfrontalières :

  • Divergences importantes entre les factures et la description des marchandises sur les documents officiels.
  • Les envois beaucoup plus ou moins importants que le trafic habituel de marchandises traitées par un importateur ou un exportateur particulier.
  • Les envois transitent par plusieurs pays ou par de multiples filiales non reliées entre elles sans raison valable.
  • Les méthodes de paiement ne sont pas compatibles avec le niveau de risque présenté par la transaction.
  • Les expéditions de marchandises sont généralement considérées comme présentant un risque élevé d’implication dans le blanchiment d’argent.
  • Les expéditions de marchandises à destination ou en provenance de pays considérés comme présentant un risque élevé de blanchiment de capitaux.
  • Les envois qui sont payés en espèces.
  • Les envois qui sont payés par des tiers sans lien évident avec la transaction.

Exemples de blanchiment d’argent basé sur le commerce

Voici quelques exemples d’activités de blanchiment d’argent fondées sur le commerce qui devraient donner lieu à des signaux d’alerte :

  • Une lettre de crédit pour une importation transfrontalière de grande valeur se révèle contenir des anomalies lorsqu’elle est examinée par la banque d’acheminement. Une enquête plus approfondie de la banque révèle des documents manquants et non reconnus auprès des agents d’importation. La banque rejette la transaction et renvoie les documents de tirage.
  • Le premier bénéficiaire d’une lettre de crédit de plusieurs millions de dollars doit fournir des biens médicaux pour le bureau de santé d’un autre pays ; cependant, le deuxième et dernier bénéficiaire du crédit émet des factures qui ne correspondent pas à celles présentées par le premier. Le premier bénéficiaire se révèle avoir des factures de substitution majorées de 300 % et se révèle en outre avoir un lien avec la société agissant en tant qu’agent du bureau de la santé. La banque annule la transaction et ajoute les parties à sa liste de surveillance interne.
  • Plusieurs sociétés fictives achètent des biens électroniques avec des fonds provenant d’activités criminelles – et vendent ensuite ces biens à des acheteurs dans des pays à haut risque avec un minimum de diligence. Le produit de ces ventes est ensuite reversé aux sociétés écrans. La banque qui traite les transactions remarque un certain nombre de signaux d’alerte, et en particulier que les sociétés écrans sont enregistrées dans des pays sans rapport avec les transactions. La banque ajoute toutes les parties à sa liste de surveillance interne.

Voulez-vous en savoir plus sur les solutions de lutte contre le blanchiment d’argent ?

Pour en savoir plus : more

0

Commentaires

Faites-nous part de vos commentaires et suggestions

Leave a Reply

Autres articles :

octobre 31, 2019

Lutte contre le blanchiment d’argent

Qu'est-ce que la lutte contre le blanchiment d'argent (LCB) et pourquoi est-elle nécessaire ? Au…
Lire la suite
octobre 31, 2019

Politiques de lutte contre le blanchiment d’argent

L'importance des politiques de lutte contre le blanchiment d'argent La criminalité financière étant plus répandue…
Lire la suite
money laundering reporting officer MLRO
octobre 31, 2019

Responsable de la communication des informations relatives au blanchiment d’argent

Qu'est-ce qu'un déclarant en matière de blanchiment d'argent ? En vertu des Régulations de lutte…
Lire la suite
Share:

En continuant de naviguer sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Plus d'information

Les paramètres des cookies de ce site Web sont réglés de manière à "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Vous consentez aux cookies si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter".

Fermer