Base des connaissances

Qu’est-ce que le blanchiment des transactions ?

Transaction Laundering

Avec l’intégration des services financiers aux technologies du commerce électronique, les criminels trouvent de nouveaux moyens d’exploiter les infrastructures de paiement en ligne et de dissimuler leurs fonds illicites. Tendance émergente chez les criminels en ligne, le blanchiment des transactions représente une évolution numérique du blanchiment d’argent traditionnel qui, jusqu’à récemment, était négligée par les régulateurs et les entreprises de services financiers.

Avec des recettes globales atteignant environ 500 milliards de dollars en 2018, les régulateurs du monde entier adoptent une position plus ferme contre le blanchiment des transactions et punissent les entreprises qui ne parviennent pas à faire face à la menace.

Qu’est-ce que le blanchiment des transactions ?

Le blanchiment des transactions utilise l’anonymat des services de paiement en ligne pour éviter les garanties de lutte contre le blanchiment d’argent qui détectent normalement le blanchiment d’argent. Il consiste essentiellement pour un commerçant à traiter les paiements par carte pour les marchandises illégales qu’il vend en utilisant le compte de services de paiement légitime d’un autre commerçant ce qui permet de masquer l’origine criminelle des fonds.

Comment fonctionne le blanchiment des transactions ?

Également connu sous le nom de blanchiment d’argent électronique ou cyber-blanchiment, le blanchiment de transactions est devenu populaire en raison de la facilité avec laquelle les criminels peuvent créer des sites web d’apparence légitime ou accéder à des sites web légitimes et les utiliser pour accéder à de véritables comptes de paiement de commerçants. Les transactions illégales sont ensuite acheminées par la passerelle de paiement de ce compte légitime et blanchies à l’insu du prestataire de services de paiement (PSP).

Le processus de blanchiment des transactions comporte les étapes suivantes :

  • Un criminel se faisant passer pour un commerçant légitime met en place un site web illégal sur lequel les clients peuvent commander des marchandises illicites.
  • Le criminel fait passer les paiements par carte de ce site par le compte PSP d’un autre commerçant légitime.
  • Le PSP traite le paiement et contacte la banque acquéreuse pour le financement.
  • Les fonds blanchis sont déposés sur le compte bancaire du criminel.

Alors que le criminel peut vendre de la drogue, des armes ou d’autres articles illégaux sur son propre site web, le site marchand qu’il utilise pour traiter ses transactions vend des biens non illégaux comme des vêtements ou des livres, qui contribuent à masquer les ventes illégales. Le site web marchand légitime peut être complice du stratagème de blanchiment d’argent du criminel (et peut même avoir été mis en place par le criminel) ou peut avoir été piraté afin que le criminel puisse l’utiliser subrepticement.

Pourquoi les entreprises devraient-elles s’inquiéter du blanchiment des transactions ?

Les régulateurs peuvent imposer des amendes importantes aux banques et aux prestataires de services de paiement qui sont impliqués dans le blanchiment de transactions. Le FINCEN élabore actuellement une série de mesures visant à prévenir le blanchiment des transactions, tandis que l’UE a déjà mis en place des mesures pour y faire face dans les domaines 4AMLD et 5AMLD. En 2018, le FINCEN a infligé une amende de 7 millions de dollars à la Merchants Bank of California pour des infractions à la législation anti-blanchiment liées au blanchiment des transactions.

La difficulté pour les entreprises réside dans le repérage des systèmes de blanchiment des transactions : les criminels ont mis au point des moyens sophistiqués pour éviter le filtrage et la supervision LCB, notamment en falsifiant des documents et en gérant le ratio de leurs transactions illégales. En plus des sanctions financières, les banques et les prestataires de services de paiement qui facilitent le blanchiment des transactions subissent également des dommages importants en termes de réputation.


Comment les entreprises doivent-elles traiter le blanchiment des transactions ?

Pour surmonter les risques posés par le blanchiment des transactions, les entreprises doivent renforcer leurs contrôles et leurs processus de surveillance en matière de lutte contre le blanchiment et s’adapter à la sophistication des criminels. Lorsqu’elles enquêtent sur des transactions suspectes, les entreprises doivent tenir compte d’un certain nombre de facteurs :

  • Fonctionnalité du site web : Examinez attentivement le site web du commerçant suspect pour évaluer sa fonctionnalité. Souvent, les sites web frauduleux ne correspondent pas aux sites des concurrents ou semblent peu attrayants pour les clients potentiels.
  • Marchandise du site : Comparez la marchandise du site suspect avec ses prévisions et ses chiffres de vente. Dans les contextes criminels, ces chiffres ne sont souvent pas alignés ou sont irréalistes.
  • Des tendances inexpliquées : Les sites impliqués dans le blanchiment de transactions présentent souvent des pics de ventes inexpliqués ou des volumes de ventes en cours qui ne correspondent pas aux produits qu’ils vendent.
  • Diligence à l’égard de la clientèle : Le renforcement des mesures de CDD offre une plus grande chance de détecter les activités illégales comme le blanchiment des transactions. Les entreprises doivent utiliser toutes les ressources disponibles pour recueillir des informations sur les commerçants impliqués dans la relation et sur la propriété effective de leur entreprise.
  • Environnement réglementaire : Familiarisez-vous avec les autorités et les réglementations qui régissent les entreprises de services de paiement dans votre juridiction, par exemple le FINCEN des États-Unis ou les directives de l’Union européenne sur le blanchiment d’argent.

Logiciel de supervision des transactions LCB

Utilisez un ensemble de règles complet qui surveille vos données organisationnelles en fonction de modèles d’activités suspectes – en arrêtant les transactions à haut risque dès qu’elles se produisent, ou en les surveillant rétrospectivement par téléchargement par lots.

0

Commentaires

Faites-nous part de vos commentaires et suggestions

Leave a Reply

Autres articles :

AML Transaction Monitoring
octobre 31, 2019

Supervision des transactions LCB

Qu'est-ce que la supervision des transactions LCB ? Le logiciel de supervision des transactions de…
Lire la suite
corona virus transaction monitoring
avril 16, 2020

Le coronavirus et la surveillance des transactions

Coronavirus et la surveillance des transactions : Gestion de la conformité à la lutte contre…
Lire la suite
Share:

En continuant de naviguer sur ce site, vous acceptez que nous utilisions des cookies. Plus d'information

Les paramètres des cookies de ce site Web sont réglés de manière à "autoriser les cookies" afin de vous offrir la meilleure expérience de navigation possible. Vous consentez aux cookies si vous continuez à utiliser ce site Web sans modifier vos paramètres de cookies ou si vous cliquez sur "Accepter".

Fermer